Sauter du nid, l'album de Fred, c'est un bijou.

J'y trouve de l'humeur légère, de la mélancolie (partir et ne pas trouver mieux...), une attitude cool, de la naïveté assumée (je reste un imbécile heureux), des accents railleurs (tenté par le Bio, je suis l'homme nouveau), une plume et une justesse qui nous font revivre les noirceurs quotidiennes... enfin une profondeur qui me touche, à chaque chanson. Dans Autour de Sade, il chante Un mot pourrait me porter, c'est vrai. Voilà, il y a des zics pour s'évader, d'autres pour se mettre la patate au saut du lit. Fred, ce sont des mots qui me portent.

Je ne parle même pas de la variété des zics : ballades, bossa, pop pêchue, intimiste... Le tout, avec le talent d'un Ben Harper, qui se balade dans différents genres musicaux sans jamais perdre son style propre. Vous allez aimer sa voix, ses textes, le son de sa guitare, ses choeurs au cordeau - mais attention, en lisant ça vous vous dites ça y est, encore un Dylan avec sa gratte en bandoulière, non non, pas du tout. Fred, c'est différent. Fred, il ne faut pas le rater, essayez-le. Pour moi, il représente tout ce que j'attends d'un chanteur.

Je vous laisse avec cet extrait de la chanson Le goût du sel, dans laquelle il est question d'apprivoisements, de robe rouge et de lâcher prise :
Où ma chanson se perd, c'est un bout de nous à réanimer.