PéGé, ballades acoustiques funk

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Les chaleureux délices de Jonah Smith

Publié le dimanche 22 juillet 2007

Je v'nais de décider de fermer boutique, vacances obligent, mais voilà, il fallait que je parle de ce monsieur. Découvert grâce à l'excellent blog d'Eric Boisson, Jonah Smith s'apprête à me suivre sur les routes et dans les nuits de Bretagne.

L'âme de New-York dans vos oreilles
Une vraie musique de bagnole, aurais-je dit à une époque, mais sans gros sabots : nourri de blues, de country/folk et de soul, ce chanteur blanc avec une voix de black distille une musique toute new-yorkaise : mélange de guitares claquantes, de rhodes vibrants et chaleureux, le tout avec un son qui tue, pêchu et velours à la fois (chapeau à l'ingé son, je veux le même !!). Lui-même se définit comme un NYC roots/soul singer-songwriter. Promesse tenue.

Des compos dans le piano
Une fois n'est pas coutume dans mes chroniques, le garçon compose au piano. Je suis plus habitué aux gratteurs et aux gratteuses : mes amours vont à Keziah Jones avec Black Orpheus, India Arie avec Acoustic Soul et Voyage to India, Corinne Bailey Rae, Jehro, Raul Midon, Tété, Fred avec Sauter du nid, Jacksoul, Skye... pour ne citer que mes préférés.

Là, on sent cette manière de percevoir la musique et de construire des chansons typiques des claviéristes, avec des progressions d'accords et des tourneries (généralement) étrangères aux guitaristes (snif - et à moi, donc...).

Au plan de l'ambiance, cela m'a rappelé le très bon premier album d'Amos Lee (lui aussi très new-yorkais), mais avec moins de vibes vocales, et une ambiance plus roots. ça sonne un peu comme le Soul Sessions de Joss Stone (faut dire que les zicos derrière c'est du lourd). Mais non, en fait c'est autre chose : une voix, des mélodies, un son à part. Bref, ne passez pas à côté de ce disque !

mp3 à savourer
Pour écouter, c'est là que ça se passe. Dans le style ballade, écoutez Cast a long shadow. Dans le style mélodique qui groove et que j'adore, laissez-vous prendre par When we say Goodnight.

Pour en savoir plus sur le bonhomme, rendez-vous sur son site. Je vous invite aussi à lire la chronique et surtout l'interview de Jonah Smith réalisée par Eric Boisson.

Moi, hop, je le mets dans le lecteur à voiture, je ferme les yeux - enfin, si je n'ai pas le volant, le groove intérieur n'a pas de prix mais quand même... Et je vous souhaite un bel été en musique.

Parfum de scène

Publié le vendredi 20 juillet 2007

Répétition mardi soir avec Antoine (claviers) et Jean-Philippe (basse). Bossé trois morceaux : L'heure bleue, Baptême de l'air et Le prix de l'ivresse. Les nouveaux titres, ce sera pour la rentrée.

Délire d'énergie et trouvailles d'arrangements ont ajouté du plaisir au plaisir de jouer pour la première fois tous les trois. Pensées en mode guitare/voix, les chansons ont pris une autre gueule, tout en restant fidèles à l'esprit de départ.

Il nous reste un max de boulot pour faire aboutir le set complet, mais l'ambiance est déjà au rendez-vous. Un parfum de scène comme j'aime tant respirer, avant-goût des concerts de l'automne.

J'ai hâte de partager tout ça. D'ici là, bon été !

Du mp3 en veux-tu en voilà (chansons de PéGé)

Publié le jeudi 19 juillet 2007

ça paraît con de préciser "chansons de PéGé" dans le titre de ce billet, mais je m'aperçois que je parle plus souvent d'autres artistes sur ce blog que de moi (et c'est très bien ainsi).

Juste un chti billet pour pouvoir écouter les cinq maquettes actuellement dispos ici proprement, avec des petits lecteurs jolis, et la possibilité pour toi, ami, visiteur, mélomane, soul-funk acoustique amoureux, de donner ton avis, précieux qu'il est pour moi, sur ces chansons.


Baptême de l'air. Funk de la basse de Jean-Philippe. Clavinet et orgues d'Antoine. Le texte a changé un peu depuis cette maquette printanière, mais je n'ai pas refait les voix encore. Le passage Je pars... va aussi céder la place à un truc plus rappé, que j'avais écrit en première intention, qui balance plus. En attendant...


L'heure bleue. Ma préférée. Mélanco-funky. Les choeurs au début, bof. L'ambiance, c'est celle des soirées foireuses que je n'ai pas pu éviter, dans lesquelles je me suis retrouvé à me demander ce que je foutais là. Le goût du soleil au petit matin, et du vent frais. La perspective d'aller cuver sur l'oreiller toute la journée ne figure toutefois pas dans la chanson, mais elle aurait pu...


Le prix de l'ivresse. La première chanson qui m'a amené vers ce style soul funk acoustique. C'est avec elle que j'ai attrapé le funk. Je l'ai simplifiée depuis cette maquette pour qu'elle soit plus efficace en live, en retirant une séquence un peu tordue. Je l'ai descendue d'un ton (je crois que j'ai fait ça sur toutes), grâce aux conseils de Véronique Lortal. Et elle est un poil plus lente à présent, pour le groove. Chanson de trouille, elle me permet d'exorciser le trac du chant. De déconner avec mes peurs.


Ma place. La ballade du mec qui se cherche en marchant, de nuit, en zig-zags dans sa tête et dans les rues pleines de silence. Elle est empreinte d'une assez grande tristesse en même temps que d'un espoir, celui de se trouver précisément. C'est le mélange des deux que j'aime essayer de faire partager dans cette chanson en particulier, et dans d'autres.


Ballade pour Tété. La ballade du mec qui aime Tété, ah, triple génuflexion !! Elle est un peu enregistrée brut de coffre, elle manque un peu de jus, je claque davantage les cordes sur certains passages aujourd'hui. C'était un folk léger que je promenais, et l'évidence a été de le vouer à Tété après avoir vainement essayé d'autres pistes. Justement parce que mon hommage devait être léger comme lui sait seul vous rendre.

Sweet home studio, verdure et canapé

Publié le samedi 14 juillet 2007

La recette d'un home studio réussi : une vue fleurie, des coussins pour le confort, un frigo pas loin, une pièce entre pénombre et clarté. Et puis, accessoirement, de bons micros, de bons préamps, de bonnes grattes et de bonnes enceintes... Mais ça c'est une autre histoire.

On n'a jamais fini de se bâtir son studio d'enregistrement, mais mon portefeuille enregistre actuellement une accalmie en la matière. L'occasion de quelques clichés pour se faire plez.

Petit aperçu de ma chambre à musique avec la photo ci-dessous, Telecaster en verdure. Pour plus de photos, c'est ci-dessous. Pour un petit récap du matos, c'est ci-dessous itou.



Grattes
Simon & Patrick (folk) équipée d'un B-Band
Godin ACS
Fender Telecaster Highway One
Yamaha Silent Guitar (plutôt pour bosser maison)

Micros
AKG C414 BXL II (voix)
Neumann KM184 (grattes)
Shure Beta 58 (scène)



Préamplis
Focusrite Isa 220
SPL Gold Mike II





Boîboîtes pour guitares
Pod 2.0
Digitech Jam Man
Boss Tremolo
Boss Auto-wah

Informatique
PC : vieil Athlon 1,4 Ghz, 1 Go de Ram, Windows XP Pro
Carte son : RME DIGI96/8 PAD
Soft : Cubase SX 1.06

Enceintes
Dynaudio BM5A
Accessoirement, une brave KRK Rokit survivante (la seconde est mal en point)



Autres
Roland Saturn 09
Divers harmonicas (diatoniques et un chromatique)
Une reverb Zoom pas à moi :o) qui squatte dans le rack du Focusrite (scène)
Un préampli casques MAM (scène)
Un petit ensemble sono : console Yamaha, Ampli Expelec, enceintes customisées avec amour chez B. Corde.

Nécessaire à inspiration
Figures tutélaires : John Butler et Ben Harper (merci Guitar Part, en attendant Keziah Jones !)
Canapé, coussins indiens
Verdure pour l'oeil, moquette pour le son





Fred, nouvel album, nouvelles graines en septembre

Publié le vendredi 13 juillet 2007

Mes graines, le second album de Fred, sortira en septembre (info lue chez 2Temps 3Mouvements, la structure de management créée autour de Fred). Je n'aurai plus longtemps à patienter, et le titre Hameçon, en écoute sur son myspace, est vraiment prometteur.

Si vous ne connaissez pas encore cet auteur-compositeur-interprète fabuleux, vous êtes béni (et si vous le connaissez déjà, pareil, en fait). Car le découvrir, c'est un peu comme renaître à la chanson. Son album Sauter du nid est un bijou de mots, de chant, de guitares, de rythmes et de vibrations.

Dehors, il pleut, il vente, juillet est bien moche. Mais une chose est sûre, avec ce disque, le véritable automne commencera sous les meilleurs auspices.

Keziah ko ? (quelques vidéos de l'incroyable Mr. Jones)

Publié le lundi 9 juillet 2007

Pêché trois vidéos originales de mon idole absolue Keziah Jones. Idole parce qu'il est noir, parce qu'il fait tous ses concerts torse-poil (et que ça le fait), parce qu'il gratte comme un démon, et parce que son album Black Orpheus est juste une énorme tuerie de groove et de songwriting.

La première est un extrait de sa reprise de All along the watchtower. En fait, il s'inspire davantage de la version de Hendrix que de l'originale de Dylan. Mais avec lui c'est tout bonnement une nouvelle chanson.

La seconde vidéo : un trio haut-de-gamme ; Keziah au chant, Biréli Lagrene et John Mc Laughlin à la guitare revisitent Voodoo Child. On reste dans Hendrix, avec un mélange de blues, de manouche et d'africanité assez incroyable. Stephan Eicher en prend plein la poire.

La dernière, c'est pour le fun : visez la gratte à deux cordes et le look de drosophile à lunettes sur ce Dear Mr Cooper...

Ouvrez grand vos mirettes et vos esgourdes pour le roi Keziah !

Keziah Jones - All along the watchtower

Keziah Jones - All along the watchtower


Keziah Jones, Biréli Lagrene, John Mc Laughlin - Voodoo Child

Keziah Jones, Biréli Lagrene, John Mc Laughlin - Voodoo Child


Keziah Jones - Dear Mr Cooper

Keziah Jones - Dear Mr Cooper

Genesis régénéré

Publié le vendredi 6 juillet 2007

Samedi dernier, concert de Genesis reformé au Parc des Princes. Pas mal ridé, sauf en ce qui concerne Phil Collins, le chef tout dégarni, comme neuf, miroitant sous les lights. Le groupe passé du rock progressif à la pop parfois délavée n'échappe pas au grand concert de revivals qui voit nos quinquas et papys du rock s'essayer à ce que les Stones réussissent depuis si longtemps.

Gros chèque à l'arrivée ? Vrai désir de rejouer ensemble ? Quête d'un nouveau succès après l'échec de l'album Calling all stations (en vente à 3 euros en occase sur Amazon...), qui avait suivi le départ de Phil Collins ? Un peu de tout ça peut-être...

Lire la suite

Gibson Les Paul à 90 dollars !

Publié le jeudi 5 juillet 2007

Vous ne rêvez pas, c'est bien une Gibson Les Paul modèle 1959 à 90 dollars. Elle contient 1 Go de données et fonctionne en usb 2.

Le pied : enregistrer vos guitares sur une guitare ! Vu sur Audiofanzine.

Tanya Michelle, la soul et la joie

Publié le jeudi 5 juillet 2007

Vendredi dernier, vu, aimé, concert à l'Opus Café pour voir mon ami Ben chauffer les fûts derrière Kimy, chanteuse R'n'B soul sacrément bien accompagnée (en plus de lui). Un peu trop R'n'B pour moi par moments, mais elle chopait bien la lumière et les deux/trois chansons où elle a été vraiment habitée et souriante ont été très réussies.

Seulement, la découverte, c'est surtout la chanteuse qui l'a rejointe pour un duo terrrrible sur Is this love : de quoi me réconcilier avec ce titre de Bob trop FM et trop dernière époque à mon goût. Tout le roots du prophète était là (si si !), avec un groove de malade en plus et une présence, je vous dis pas.

Allez, si, je vous dis quand même : son nom, c'est Tanya Michelle ; le personnage, vous vous en ferez une idée en visionnant le petit clip disponible sur son myspace (il faut descendre un peu dans la page, Myspace c'est toujours aussi beau...). Ecoutez Convince me of your... ou Island signs ; cette chanteuse a vraiment sa soul bien à elle. Une musique pleine de joie, d'énergie, de vibrations.

Râh. Du frisson, du frisson et de la joie qu'on vous dit !